Cliquez ici pour lire le Vanille
 
cliquez ici pour lire le Kalbanon

 

0262 52 30 02  : le numéro de permanence mis en place par la Mairie de Sainte-Suzanne,
24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

 NOUVEAU : Cliquez ici pour consulter l'Agenda 2017 de la ville de Sainte-Suzanne

 

Envol de Papangue à la Renaissance

La SEOR (société d'études ornithologiques de la Réunion) a effectué un « relâché » d'un jeune papangue dans les hauts de la Renaissance. L'oiseau a été pris en charge et soigné dans leurs locaux.

Retrouvé dans une basse cour dans les Hauts de la Renaissance , un jeune papangue a été attaqué par les coqs. Fatigué et affaibli par son empoisonnement il n'a pas pu se défendre... Cela lui  a valu plusieurs  blessures au niveau de la tête et des ailes .

Julie Tourmetz,  la responsable de soins de la SEOR l'a pris en charge : « Son état était très inquiétant. Nous l'avons garde en caisson  pendant 5 jours afin de nettoyer ses plaies  régulièrement  pour éviter une infection. A la suite de ces 5 jours, nous l'avons place en volière.  Par précaution il a été amené chez le vétérinaire qui n'a rien vu d'anormal sur les radios ».
Après une cure d'1 mois  de vitamine K1 et un complet rétablissement,l'équipe de la SEOR, des habitants de la Renaissance ont relâché le jeune rapace sur son site de découverte.

Des enfants, des adultes étaient présents lors de cet  envol, mais dans les regards  se lisaient le même bonheur et le même émerveillement. Le silence exigé lors du relâché était rempli de sourires, de mains serrés et de sourires partagés.... Prêt... zoizo vole !!!

Le Papangue, oiseau endémique de notre île, fait rêver les réunionnais. Son nom donne des étincelles aux yeux de ses nombreux admirateurs. Beaucoup s'arrête pour le voir simplement passer.  Habituellement, il vit  loin des lieux d'habitation et plutôt dans les hauts.  De plus en plus on  peut les voir entrain de chasser du côté de la Marine, de Bel Air au niveau de la 4 voies .

Cette migration dans les bas n'est pas due à un accroissement de la population. Malheureusement, les oiseaux sont obligés de se déplacer pour trouver d'autres réserves de nourriture et doivent s'adapter à l'urbanisation.

Les braconniers, les collisions avec les lignes électriques, l’empoisonnement après ingestion d'animaux morts suite à une dératisation sont les principaux dangers que courent les papangues.
Les dernières études faites en 2010 ont  permis d'estimer la population à moins de 200 couples.  Ce rapace se nourrit majoritairement de rongeurs et occasionnellement de  reptiles ou de petits oiseaux.
Ce numéro de gallerie est innexistant !